SOUTENEZ DES PROJETS D'AIDE POUR L'UKRAINE EN ACHETANT UN ROSENTHAL #peace Mug

La porcelaine : une fabrication fascinante

Fondamentalement, la porcelaine est constituée de trois composants simples et, pourtant, la production, la transformation et la finition font la différence entre le simple et l’exceptionnel. Sur cette page, nous vous montrerons les étapes franchies par une pièce de service ou un vase, les compétences artisanales nécessaires, les méthodes de production disponibles et les procédés utilisés pour décorer les produits et en assurer la finition. Vous constaterez que la production de l’or blanc n’est pas seulement un processus extrêmement complexe et long, mais qu’elle est encore associée à un considérable travail manuel et artisanal, malgré les installations de production les plus modernes. Mais surtout – et c’est ce qui caractérise nos produits depuis plus de 135 ans – c’est grâce au savoir-faire, à la passion, à l’attention aux détails et à la vaste expérience de nos quelque 850 employés que chaque produit de Rosenthal GmbH séduit par sa qualité formelle et fonctionnelle exceptionnelle ainsi que par sa blancheur et qu’il donne à votre maison un caractère unique.

L’art de la porcelaine au fil du temps


Rosenthal GmbH fait partie des fabricants d'articles de marque les plus traditionnels et les plus modernes d'Allemagne. Aujourd’hui, comme lors de sa création il y a plus de 135 ans, Rosenthal développe des produits destinés aux consommateurs finaux ainsi qu’aux professionnels exigeants de la gastronomie et de l’hôtellerie, qui impressionnent par leur forme, leur fonction, leur qualité et leur savoir-faire, qui font partie du patrimoine culturel fabriqué en Allemagne et subjuguent par leur innovation constante et leur créativité. Les collections sont fabriquées dans les usines Rosenthal am Rothbühl à Selb et Thomas am Kulm à Speichersdorf. Ces usines comptent parmi les installations de production les plus modernes au monde dans l'industrie de la porcelaine et, grâce à des investissements prometteurs, garantissent une production durable et économe en ressources. Les principaux marchés sont aujourd’hui l’Europe centrale, l’Amérique du Nord et l’Asie du Sud-est. Les marchés en croissance les plus importants pour l'entreprise, qui est présente dans 105 pays à travers le monde, sont les États-Unis, la Pologne, la Russie, la Chine et l'Inde. Depuis août 2009, Rosenthal est membre du groupe Arcturus, leader du marché de la production d'articles de design de luxe pour la table et la cuisine. De nouvelles collections d'intérieur et de style de vie enrichissent l'univers de Rosenthal avec des objets design qui ne se cantonnent pas à un dressage de table ordinaire et fournissent à l'entreprise l'accès à de nouveaux marchés en croissance prometteurs dans le secteur du luxe.

Rosenthal am Rothbühl, imaginée par Walter Gropius

Fabrication de porcelaine

Conception et modelage

Rosenthal collabore avec des designers et des artistes de renom depuis de nombreuses décennies pour concevoir de nouveaux produits. Un département de développement indépendant de la production, le Creative Center, prend en charge la réalisation des conceptions du premier modèle au service décoré fini. Le département Développement produits, qui dispose de tous les ateliers nécessaires, travaille pour les marques Rosenthal, Rosenthal meets Versace, Hutschenreuther, Thomas et Arzberg.


Le travail des modeleurs

En collaboration avec les concepteurs, les modeleurs fabriquent artisanalement des modèles en plâtre, qui se laissent transformer de manière universelle. Les corps arrondis sont tournés à partir de cylindres en plâtre massif sur le plateau tournant, des reliefs sont gravés dans les modèles finis. Le modeleur sculpte des anses et des becs dans des blocs de plâtre. Étant donné que la porcelaine se réduit d’environ 12,5 % et qu’elle s’abaisse légèrement sous l’effet de son propre poids lorsqu’elle est à l’état incandescent et mou, les modèles de plâtre doivent être fabriqués d’une taille un peu plus grande et les formes bombées, les anses et les becs doivent être façonnés de manière plus prononcée. Cela ne peut pas se calculer. C’est lié à un grand savoir-faire et à une grande délicatesse.

Moules en plâtre et en résine

Après les premiers modèles en plâtre très fragiles, les moules sont fabriqués en résine synthétique durable ou en silicone. Des moules en plâtre négatifs sont coulés à partir de ces modèles positifs en résine synthétique. Le plâtre est poreux et absorbe l’eau de la masse lorsqu’il entre en contact avec la pâte à porcelaine. Un tel moule en plâtre peut être utilisé environ 140 fois et seulement 70 fois s’il contient un relief.

Image : Premières ébauches par le designer Sebastian Herkner.

Transformation des matières premières

Les composants les plus importants de la pâte pour fabriquer de la porcelaine dure sont le kaolin (50 %), le feldspath (25 %) et le quartz (25 %). Ces matières premières sont finement broyées et mélangées dans de grands moulins à tambour, dans lesquels on ajoute de l’eau et des billes de broyage. La masse liquide est ensuite acheminée sur une bande magnétique qui retient toutes les particules de fer, car celles-ci apparaîtraient sous la forme de taches brunes sur la pièce finie.

Un tamis vibrant à mailles très fines retient les autres impuretés. Un filtre-presse hydraulique extrait la majeure partie de l’eau de la masse et une presse à vide en extrait l’air. Ce n’est qu’à partir de ce stade que la masse est malléable. Rosenthal est l’un des rares fabricants qui produisent encore sa pâte à porcelaine et son émail selon une recette secrète.

Fabriquer

Tourner

La pâte est placée en grandes portions correspondantes dans les moules en plâtre des tasses, qui sont introduits dans une machine, appelée ligne automatique des gobelets. Un gabarit métallique s’abaisse et tourne pour donner sa forme à l’intérieur de la tasse.

Après séchage, il se détache du moule en plâtre et peut être retiré. Les bords rugueux sont travaillés à l’aide d’éponges humides jusqu’à ce qu’ils soient bien arrondis, lisses et uniformes. Les anses des tasses sont coulées séparément. Les bavures de coulée sont soigneusement retirées à la main avant que les anses ne soient placées sur les tasses.

Image : Rotation des gobelets au niveau de la machine automatique.

Pressage isostatique

Une autre méthode est le pressage isostatique à sec des assiettes. Pour ce faire, on utilise une pâte en porcelaine constituée de minuscules billes séchées par atomisation. Ce granulat est introduit dans un moule à compression et est comprimé sous haute pression. Les outils nécessaires au pressage sont divisés en deux parties : la matrice et le poinçon inférieur. La matrice forme généralement la face supérieure de l’article et est rigide. Le poinçon inférieur forme la face arrière de l’article et est pourvu d’une membrane élastique pour la mise en forme isostatique des articles. En mettant en contact la matrice et le poinçon inférieur, on obtient une chambre de remplissage fermée de tous les côtés et dans laquelle des granulés sont soufflés à travers un orifice refermable à l’aide d’air comprimé. En injectant une pression d’environ 280 bars, l’article est pressé et compacté uniformément sur toute la surface. Les articles ont ensuite seulement besoin d’être finis au niveau du bord. Vient ensuite le processus normal de fabrication. Le pressage est un processus plus efficace. Outre un certain nombre d’avantages, il permet également d’améliorer la qualité : les assiettes et les plats sont très uniformes.

Coulée

Toutes les autres pièces en porcelaine, par exemple, les brocs, les anses, les becs, les boîtes, les plats ovales et les éléments des figurines, sont coulées dans des moules en plâtre. À cet effet, on utilise une pâte à porcelaine, à laquelle on ajoute un peu d’eau et d’autres agents fluidifiants pour qu’elle puisse être utilisée pour la coulée. Lorsqu’ils sont remplis de masse liquide, la barbotine, les moules en deux parties ou plus absorbent l’eau, de sorte qu’une couche de masse solide uniforme, « le tesson », se forme sur la paroi de plâtre. Le reste de pâte à porcelaine encore liquide est de nouveau versé hors des moules. S’il s’agit d’une fabrication individuelle, les anses, les becs, les pieds de tasse, les boutons de couvercle, sont mis en place à la main sur le corps avec la pâte à porcelaine semi-liquide, la barbotine de garnissage. Les figurines en porcelaine sont également composées de nombreuses pièces moulées individuellement à la main. Les bavures de coulée, présentes sur toutes les pièces coulées à l’endroit où les moules en plâtre sont assemblés, sont lissées à la main à l’aide de lames et d’éponges.

Image : Le moule en plâtre est rempli de pâte à porcelaine liquéfiée, la « barbotine ».

Moulage sous pression

Dans ce procédé de coulée utilisé pour fabriquer des plats ovales et carrés, la barbotine en porcelaine liquide est aspirée dans un moule en plastique poreux en deux parties et mise sous pression. Durant cette étape, l’eau s’échappe par les canaux à pores ouverts du moule en plastique tandis que la pâte à porcelaine reste dans le moule. Ensuite, le moule est automatiquement ouvert et l’article peut être prélevé à l’aide d’un manipulateur à ventouse.

Photo : Le « tesson » coulé et encore très souple quitte le moule en plâtre pour la première fois.

Firing

Première cuisson

Après avoir préséché et cuit la porcelaine encore crue pour la première fois à environ 950 ˚C, elle n’est plus soluble dans l’eau, mais elle reste encore poreuse et absorbe l’eau.

Émaillage

La porcelaine cuite est estampillée et émaillée avec la marque de l’entreprise. L’émail est immédiatement retiré des bordures et des bords de tasses à l’aide d’éponges humides afin que la porcelaine ne colle pas pendant la deuxième cuisson. L’émail lui-même se compose de quartz, de feldspath, d’un peu de kaolin et d’une forte proportion de divers fondants. L’émail très riche en quartz et donc particulièrement dur après cuisson est appliqué sur la porcelaine par immersion dans le bain d’émail de manière manuelle ou mécanique. Pour les pièces particulièrement fragiles (par ex. « La flûte enchantée »), l’émail est appliqué dans le cadre d’un procédé de pulvérisation spécial. Durant la seconde cuisson, il fond avant que le tesson ne devienne « étanche ». Il en résulte une liaison très étroite entre le tesson de porcelaine et l’émail.

Seconde cuisson

Durant la phase de seconde cuisson à une température allant jusqu’à environ 1 400 ˚C, l’article rétrécit et devient imperméable. La matière se vitrifie pour devenir une porcelaine dure, fine et translucide. La masse subit un changement chimique et une modification de forme. Après la seconde cuisson, la porcelaine est 12,5 % plus petite (rétrécissement) que pendant son modelage. La seconde cuisson se déroule aujourd’hui encore à l’air libre sur des fours à table de cuisson ou des fours à rouleaux modernes.

Types de porcelaine

Porcelaine à pâte dure

Après la première et la deuxième cuisson, la porcelaine est dure, résistante aux chocs et transparente malgré sa finesse extrême. La porcelaine dure dispose de la plus haute résistance aux rayures provenant de l’acier à couteau et est résistante aux acides, à l’exception de l’acide fluorhydrique. Elle résiste aux intempéries et ne connaît plus aucune modification après la dernière cuisson, quel que soit son âge. Elle convient pour une utilisation au four à micro-ondes. À l’exception des décors en métaux précieux (or, platine). La couleur blanche de la porcelaine est produite par la cuisson dite par réduction, c’est-à-dire que la cuisson s’effectue dans une atmosphère dénuée d’oxygène.

Porcelaine noire

La porcelaine noire est un produit spécial de Rosenthal. Une porcelaine aussi précieuse que la porcelaine noire ne passe pas au lave-vaisselle. Lavez-la à la main, de préférence à l’eau tiède, et séchez-la immédiatement avec un chiffon doux. Évitez à la vaisselle tout contact avec des plats contenant de l’acide citrique ou acétique pendant une période prolongée. Cela pourrait entraîner la formation de taches. La porcelaine noire n’est pas adaptée au micro-ondes.

Traitement et tri

Ponçage

Les bordures et les surfaces de contact non émaillées de la porcelaine sont encore rugueuses, même après la deuxième cuisson. Plusieurs phases de meulage et polissage répétées permettent de les transformer pour devenir lisses, agréables et non salissantes.

Tri

La porcelaine non décorée, également appelée produits blancs finis, est soigneusement triée par un personnel qualifié. Les propriétés typiques des matériaux et le procédé de fabrication de la céramique, en particulier le procédé de cuisson, entraînent fondamentalement des tolérances et de légers écarts entre chaque pièce. Le travail de tri permet d’assurer une distinction très précise en fonction des degrés de ces écarts et d’éliminer les pièces présentant des défauts.

Décoration et finition

Décors

Les décors colorés dessinés sur la porcelaine égayent le blanc de la matière. Un riche décor en or peut conférer à un service ou un vase une allure festive, très représentative. Le même service, le même vase avec un décor de fleurs colorées revêt un caractère doux et gai. En outre, différents décors s’adressent à différents types d’acheteurs. C’est pourquoi le département Développement produits dispose d’un grand nombre de décors conçus par des artistes de renom afin de sélectionner le meilleur d’entre eux selon des critères stricts.

Bon à savoir

Outre la peinture à la main, il existe aujourd’hui une grande variété de procédés décoratifs de haute qualité. Les ébauches dessinées par l’artiste sont introduites dans un ordinateur de dessin et retravaillés dans le cadre d’une procédure très élaborée pour les pièces de service respectives de manière à ce qu’elles puissent ensuite être transférées dans un format en 3D. Grâce à ce procédé, le caractère de la signature de l’artiste reste entièrement intact. Les décors ainsi obtenus sont ensuite imprimés sur un papier muni d’une couche de colle, de manière à pouvoir transférer les encres plus facilement du papier à la porcelaine. Les encres elles-mêmes sont appliquées sur le papier par sérigraphie. Pour ce faire, on utilise des tamis en acier à mailles très fines qui permettent le passage de l’encre uniquement aux endroits souhaités. Chaque nuance de couleur est imprimée individuellement, ce qui signifie que le tamis correspondant doit également être fabriqué pour chaque couleur. Pendant le processus d’impression lui-même, les différentes nuances de couleur sont imprimées successivement en se juxtaposant précisément les unes par rapport aux autres. Dans le procédé de sérigraphie, les encres peuvent être appliquées de manière relativement intense. On obtient ainsi une riche luminosité des couleurs sur la porcelaine après la cuisson. Lorsque la feuille imprimée est terminée, elle est revêtue d’une couche de laque. Pour décorer la porcelaine, l’image est placée dans l’eau pour dissoudre la couche de colle. Le film coloré humide et extrêmement fin peut ensuite être soigneusement transféré sur la porcelaine.

Film décoratif

La technique la plus courante pour la décoration de la porcelaine est l’application d’un film de couleur humide extrêmement fin. Cette technique de pose exige une grande précision, de la patience, une main sûre et une bonne vue. Aujourd’hui, les films décoratifs ne sont plus seulement utilisés pour la décoration de services, mais aussi pour des collections précieuses et limitées qui ne peuvent pas être exécutées à la main sans plus ou moins fausser le dessin original de l’artiste.

Peinture à la main

Les décors des lustres, les rubans d’or et de platine, les anses, les becs et les reliefs en feuille d’or sont peints à la main. Après cuisson, la couche d’or est polie pour obtenir une haute brillance à l’aide de brosses en fibres de verre.

Image : L’emblématique tête de méduse des collections Rosenthal et Versace est dorée à la main et apparaît dans une teinte marron avant la phase de cuisson.

Décors de fonds

S’il est nécessaire de peindre de plus grandes surfaces d’une pièce de porcelaine, cette couleur de fond est pulvérisée uniformément sur la porcelaine à l’aide d’un pistolet pulvérisateur. Dans ce cas, les surfaces qui doivent rester blanches sont d’abord isolées avec un vernis, qui sera de nouveau retiré après pulvérisation. Après le retrait de la couche de vernis et avant la cuisson, les surfaces blanches de la porcelaine sont soigneusement nettoyées. Les moindres résidus de peinture deviendraient visibles sous forme de taches après la cuisson.

Image : Une grande expérience est requise pour assurer une application uniforme de la peinture à la main.

Combinaison mat – brillant

Il existe différentes façons d’obtenir la combinaison mat – brillant.

  1. Un émail mat est pulvérisé sur la porcelaine, comme une peinture de fond, à l’aide d’un pistolet pulvérisateur, puis il est ensuite cuit.
  2. Il est possible de matifier la porcelaine émaillée par sablage.
  3. Avant l’immersion dans le bain d’émail, les parties qui doivent rester mates et non émaillées sont recouvertes de cire. La cire brûle lors de la seconde cuisson.

Cuisson de décor

Cuisson de décor à haute température

Des décors à haute température sont appliqués sur la porcelaine finie au moyen de films colorés, de peinture à la main ou de pulvérisation de peinture de fond. Contrairement à la cuisson de sous-émail, dans la cuisson de décors de grand feu, vous pouvez faire fondre davantage de nuances de couleur ainsi que de l’or et du platine dans l’émail. En 90 minutes, la porcelaine est chauffée à 1 230 ˚C, de sorte que les décors s’enfoncent dans l’émail liquéfié et sont protégés par celui-ci. Les décors en or sont en outre polis à l’aide de brosses en fibre de verre après la cuisson des décors. Les décors à haute température sont insensibles aux effets de surface et sont lavables au lave-vaisselle.


Cuisson de décors sur émail

Les décors sur émail sont également appliqués sur la porcelaine finie au moyen de films colorés, de pulvérisation de couleur de fond ou de peinture à la main et sont cuits à environ 850 - 950 ˚C. Cuisson de décor.

Conseils d’entretien et symboles

Aussi exigeante que soit la porcelaine, sa conception et ses possibilités d’application sont extrêmement polyvalentes. La porcelaine blanche sans décor convient parfaitement au lavage au lave-vaisselle. La porcelaine avec décor est « lavable au lave-vaisselle » lorsque le décor est fondu dans l’émail (grand feu/sous émail). Le décor s’immerge dans l’émail. Cela le rend indestructible en couleur et en luminosité, il est résistant aux rayures et à l’abrasion.

Pour profiter très longtemps de votre porcelaine, nous vous recommandons les conseils d’entretien suivants :

-Vérifiez si votre porcelaine est lavable au lave-vaisselle.

-Lisez les recommandations du fabricant de votre lave-vaisselle pour la manipulation, le nettoyage et l’entretien de votre machine.

-Mettez en place la vaisselle de manière à éviter tout choc de vos pièces en porcelaine entre elles pendant le processus de rinçage.

-Nettoyez toujours la porcelaine noire à la main.


.Lavable au lave-vaisselle 

Le produit peut être nettoyé en toute sécurité au lave-vaisselle.


.Convient au lave-vaisselle

Pour ce décor, les couleurs sont cuites sur l’émail à au moins 840 ˚C. L’utilisation de peintures résistantes permet d’obtenir une liaison optimale avec l’émail. Le produit peut être nettoyé au lave-vaisselle avec le programme pour vaisselle fragile (55˚). Tenez également compte des informations fournies par les fabricants de lave-vaisselle et de détergents pour lave-vaisselle sur les propriétés nettoyantes de leurs produits.


.Décor de haute qualité 

Ce produit doit impérativement être lavé à la main. L’utilisation de couleurs de haute qualité et la composition artistique nécessitent de faire l’impasse sur le lave-vaisselle.


.Convient au four micro-ondes

Le produit peut être utilisé en toute sécurité au micro-ondes..

OOPS! The browser you are using is no longer supported.

Browse Rosenthal.com using the latest version of Microsoft Edge, Chrome, Mozilla Firefox or Safari and prepare to dive into an extraordinary beauty experience.